Les cités provisoires de l'après-guerre par Lionel Leprêtre


De 1940 à 1954, trois grandes époques ont marqué la reconstruction des villes françaises :


-Le temps de la guerre: de juillet 1940 à 1945

On élabora sous l'occupation les textes législatifs qui préparaient l'avenir. Les premières reconstructions furent, dans leur majorité, contrariées et soumises aux besoins allemands. Chaque action entreprise dans l'urgence se trouva souvent remise en cause par les bombardements alliés et l'on attendit la fin de la guerre pour faire les bilans et évaluer la tâche à accomplir.


-Le temps de l'installation du provisoire: de mai 1945 à novembre 1947

Le début de cette période marqua le temps des déblaiements et des constructions provisoires. On dut gérer dans l'urgence le retour des sinistrés au pays, commencer à rebâtir et penser en même temps les principes de la reconstruction. Ce fut le temps de l'élaboration des Plans de reconstruction et d'aménagement.


-Le temps des grands chantiers : de novembre 1947 à septembre 1954

Dès que les plans furent approuvés on put enfin commencer la reconstruction et la France entra dans sa véritable phase d'urbanisation.

Partout dans le pays, dans les régions marquées par des destructions importantes , les plans de reconstruction prévoyaient une restructuration quasi complète des villes. Edifier des cités à la périphérie des centres urbains détruits était la seule solution pour que la vie reprenne rapidement en attendant que puisse commencer la reconstruction proprement dite et que les villes obtiennent leur physionomie définitive. Les baraquements correspondaient à des situations d'une dramatique urgence et une étape était devenue nécessaire: le temps du provisoire.


Le Service des constructions provisoires (S.C.P.) avait été créé pendant la guerre en août 1940. Le problème préoccupait déjà les pouvoirs publics, tenus d'assurer le logement des troupes allemandes, d'offrir un abri aux victimes des bombardements et de remplacer les bâtiments publics détruits. Le S.C.P. jouissait du monopole de fabrication de ces modèles normalisés, utilisés à travers toute la France. Beaucoup d'entreprises avaient ainsi acquis une expérience qui leur servit après 1945.

L'industrie de la construction des maisons préfabriquées intéressait aussi les ingénieurs américains et ils centralisèrent leurs recherches, essentiellement sur l'isolation de ces maisons dont les plus célèbres furent les fameux bungalows uk100, répandus dans toute la France.

Les uk100 de Calais – Association les Inoublis