La reconstruction

L'épisode historique que constitue la Reconstruction dans le Nord-Pas-de-Calais après le second conflit mondial est assez méconnu ou du moins assez mal compris aux vues de son appréciation dans la mémoire collective régionale.


La Deuxième Guerre mondiale et ses effets ont laissé une marque indélébile à la fois dans le paysage urbain et rural, mais également dans l'esprit des générations successives.


Aux souvenirs des ruines et des bombardements s'ajoutent ceux des conditions de vie assez difficiles aussi bien pendant le conflit que lors de l'immédiat après-guerre.


La notion de Reconstruction pose problème, car elle est polysémique. La résilience urbaine est considérée comme la capacité de la ville à absorber une perturbation puis à récupérer ses fonctions à la suite de celle-ci.


Il y a toute une dimension symbolique au-delà de la dimension physique dont il faut tenir compte dans le processus de résilience urbaine.


La Reconstruction est donc un phénomène bidimensionnel en étant à la fois symbolique et pragmatique. La Reconstruction se réfère également aux aspects sociologiques et anthropologiques (conflits d'acteurs avec les architectes, les partis politiques, les associations, etc.). Elle est souvent discutée pour plusieurs valeurs (d'usage, symboliques et culturelles, modernité, etc.). Qui dit « Reconstruction » dit des « reconstructions » tenant compte des besoins immédiats, mais aussi de la conjoncture économique (il est dès lors nécessaire de lier les deux aspects).


Il conviendrait sûrement de discuter de manière plus approfondie sur cette notion de « Reconstruction ». Le fait de mettre une majuscule à ce terme n'est pas anodin ni involontaire de notre part. Le souci réel avec ce mot, c'est les référents symboliques et imaginaires auxquels il renvoie. Ainsi, dans l'esprit des populations, il ne s'agit que d'étudier une période de redressement matériel voire même d'aborder un sujet éminemment architectural et urbanistique. Or ceci n'est pas du tout l'objectif de nos recherches. Cette notion pourrait, en effet, constituer une période intermédiaire où se multiplient les expériences afin de préparer le développement multi-sectoriel de la région. On peut ainsi intercaler cette période entre la Deuxième Guerre mondiale et la pleine croissance des « Trente Glorieuses ».